Bien

Ingrédient Tico intemporel pour les célébrations des Fêtes
Les tamales sont un plat traditionnel presque partout en Amérique latine, et les méthodes de préparation varient d'un pays à l'autre.

 

Tamales ! Des générations de Costaricains ont considéré ce plat légendaire comme synonyme de Noël. Ils attendaient avec impatience ce moment magique où toute la famille se réunirait pour honorer la tradition des fêtes tamale. 

 

Tous ceux qui sont au Costa Rica depuis assez longtemps ont probablement entendu parler des tamales ou les ont essayés pour voir de quoi il s'agit. Mais, vous êtes-vous déjà demandé d'où venaient les tamales ? 

 

On pense que le tamale remonte à 7000 avant JC. Le nom vient d'un mot de la langue aztèque Nahuatl — Tamalli, qui signifie « nourriture emballée ». En un mot - ou enveloppé serré comme un tamale dans ce cas - voici un bref historique de cet héritage culinaire. 

 

Tarif guerrier

 

Alors que les origines des premiers tamales il y a plusieurs milliers d'années se perdent dans la nuit des temps, on sait que dans les tribus précolombiennes, les femmes étaient emmenées au combat comme cuisinières de l'armée. Ils préparaient le maïs (maïs) pour faire des tortillas avec de la viande et des ragoûts. Au fur et à mesure que les tribus grandissaient, transporter tout ce maïs, ainsi que les autres ingrédients et ustensiles, devenait une tâche écrasante. Les femmes ont donc dû trouver un moyen créatif de fabriquer des aliments plus portables, sans sacrifier la valeur nutritionnelle dont les guerriers avaient besoin pour se battre. 

 

Et c'est apparemment ainsi que le tamale moderne est né. C'était un cas classique où la nécessité était la mère de l'invention. Les tamales pouvaient être préparés à l'avance et emballés pour le voyage. Au moment de manger, ils étaient cuits à la vapeur ou grillés sur un feu, ou même mangés froids. 

 

Bien que l'origine du tamale ne puisse être attribuée à une culture tribale spécifique, il ne fait aucun doute que l'idée s'est répandue rapidement. Il ne fallut pas longtemps avant que toutes les tribus indigènes préparent des variantes de tamales, les incorporant dans leur alimentation quotidienne et leurs rituels religieux. Cependant, les tamales farcis n'étaient préparés qu'à la fin du cycle solaire, qui coïncide avec la période de Noël. 

 

Il est vraiment étonnant de voir comment cette tradition a survécu à tant de millénaires et d'événements historiques monumentaux, y compris la colonisation espagnole. De nos jours, les tamales sont un plat traditionnel presque partout en Amérique latine, et les méthodes de préparation varient d'un pays à l'autre.

 

Tamales façon Tico

 

Au Costa Rica, deux types de tamales sont considérés comme typiques : tamal asado, qui est farci, et tamal nu (tamale muet), qui n'a pas de rembourrage. Traditionnellement, ces tamales sont réservés aux occasions spéciales telles que Noël et la Semaine Sainte, en raison de la préparation minutieuse et de la durée requise. 

 

Par conséquent, la notion de "faire quelques tamales" est pratiquement inconcevable. Au lieu de cela, les familles costariciennes consacrent traditionnellement tout leur week-end à la production de tamales en série. C'est un moment précieux où tous les membres de la famille se réunissent pour s'engager dans un travail d'équipe, une conversation heureuse et rattraper leur retard sur la vie de chacun. 

 

Tout le monde travaille consciencieusement sur chaque tâche spécifique impliquée dans le processus, comme la préparation des feuilles de bananier, les ingrédients de la garniture et la masa (pâte). Le premier jour est consacré à la confection des garnitures de la masa. Le lendemain, des membres de la famille de tous âges s'alignent pour étaler la masa sur les feuilles, puis la remplir et l'envelopper dans des tamales. L'étape suivante consiste à placer les tamales dans un bateau à vapeur pendant environ quatre heures. Ils sont alors prêts à être dégustés ! Les tamales peuvent être consommés nature ou avec de la Salsa Lizano (une sauce de style Worcestershire du Costa Rica, également couramment utilisée sur coq poussin). 

 

Pain maison et Lait de poule (lait de poule du Costa Rica) complètent le repas. 

Sans surprise, cette fête culinaire familiale s’appelle une tamalada. Le processus de fabrication des tamales est tout aussi important que leur consommation. Les recettes et les « secrets de grand-mère » se transmettent de membre de la famille à l’autre, de génération en génération. Il n’y a pas de « bonne » manière de procéder. Chacun a un ingrédient secret et un conseil utile à offrir, faisant des tamales une tradition qui continue d'évoluer. 

 

C'est peut-être tout aussi bien, étant donné que les premiers tamales méso-américains étaient farcis avec à peu près tout ce qui était disponible : viande de grenouille, de poisson, d'iguane, de flamant rose, de lapin, de bœuf, de chèvre ou de sanglier… des ingrédients végétariens comme des œufs, des courges, des champignons, pomme de terre, miel, graines et noix. Il y avait même des tamales sucrés farcis de baies, de citrouille et de cannelle. 

 

De nos jours, soyons honnêtes, nous ne sommes pas si créatifs. Bien que les tamales végétariens soient devenus plus courants à mesure que la tendance s'est répandue dans le monde, les tamales contiennent généralement une sorte de carnita (viande). Le tamale d’aujourd’hui est généralement farci de porc, et parfois de poulet ou de bœuf, ainsi que d’ail, de piments doux ou forts, de haricots verts, d’oignons, de riz et de pommes de terre. Ces tamales ne sont généralement pas épicés, mais peut-être assaisonnés avec un peu de cumin, de roucou et de poivre noir. 

Les tamales se dégustent à tout moment de la journée, le plus souvent accompagnés d'un café chaud ou d'une douceur eau douce (boisson traditionnelle à base de canne à sucre).

 

Pas de déjeuners gratuits

 

À présent, vous voudrez peut-être avoir la chance de savourer certains des célèbres tamales du Costa Rica. Votre meilleur pari est d'être invité à un tamalada. Peut-être que le voisin Tico avec qui vous vous êtes lié d'amitié vous aimera assez pour vous inviter à cette fête familiale intime. Alors vous êtes prêt ! Mais rappelez-vous, il n'y a pas de repas gratuit. Bien avant votre première bouchée dans le produit fini à la tamalada, on s'attendra à ce que vous travailliez aussi dur que tout le monde.

 

Si vous n'arrivez pas à balancer un tamalada invitation ou se faufiler par la porte arrière, passez par l'un des petits restaurants locaux de votre région. Les sodas, comme on appelle ces restaurants typiquement familiaux, vendent généralement des tamales, surtout pendant la période des fêtes. Traditionnellement, ils sont achetés par paires, enveloppés avec de la ficelle. Cela s'appelle un ananas. (Ananas signifie ananas, bien qu'il n'y ait pas d'ananas en cause.) Le coût du pina de tamal est d'environ 1,000 XNUMX colones.

 

Ce que je trouve le plus beau dans l'héritage tamale, c'est qu'il est si intrinsèquement costaricien. L'origine des tamales est indigène, mais l'incorporation d'éléments espagnols, tels que le porc et le riz, est conforme à ce que les Costariciens ont fait avec tous les autres aspects de leur culture. 

 

Le tamale moderne est un hommage à ce que les Ticos sont aujourd'hui, un mélange unique de cultures. Et bien sûr, la tradition des vacances de la tamalada est centrée sur ce que les Costaricains chérissent le plus : la famille.  

 

J'espère que vous apprécierez de délicieux tamales en cette saison des fêtes et que vous pourrez goûter un peu à l'histoire du Costa Rica. Bon appétit! 

poster un commentaire

- 2 = 1