Bien

Une heure avant l'heure de fermeture, point culminant de ma visite artistique éclair d'une journée axée sur Diego Rivera et Frida Kahlo, je suis arrivé à La Casa Azul dans le charmant quartier de Coyoacán à Mexico.

Casa Azul, qui abrite le musée Frida Kahlo, porte bien son nom, l'extérieur d'un bleu cobalt inégalé dans la nature. A l'intérieur, les pièces étaient baignées de lumière que n'importe quel peintre lui envierait.

Ici, par intermittence, Frida a vécu avec Diego Rivera. C'est la même maison où elle est née, a grandi et est morte. En 1958, Diego avait fait don de la maison en l'honneur de Frida.

Ma visite ultérieure à Casa Azul à la fin de 2014 a été marquée par une exposition temporaire du corset de jambe de Kahlo, de béquilles et d'une jambe prothétique attachée à une botte colorée qu'elle a décorée de dragons chinois. Diego n'avait autorisé l'exposition de ces objets qu'au moins 50 ans après sa mort en 1954.

Les dispositifs médicaux ont révélé toute l'étendue de la douleur constante de Frida, résultant de la poliomyélite dans son enfance et d'une barre de métal qui l'avait empalée lors d'un accident de tramway. Elle avait décoré chaque objet comme s'il s'agissait d'une toile, donnant un aperçu plus approfondi de son personnage.

poster un commentaire

19+ = 27